Google Assistant Go, ou la version allégée de l'assistant vocal pour les smartphones low-cost

Google Assistant Go, ou la version allégée de l'assistant vocal pour les smartphones low-cost

Contrairement à Apple qui cherche avant tout à améliorer sa marge produit en proposant des appareils à un tarif plus élevé – quitte à subir une baisse de ses ventes (et des profits en forte hausse)  – Google souhaite au contraire rendre ses services accessibles au plus grand nombre. Rappelons que la firme de Mountain View se nourrit, notamment, de vos données numériques personnelles, il est donc crucial de séduire un maximum d’utilisateurs. Rappelons également que dans la guerre qui l'oppose à Amazon (et bientôt Apple) sur le marché des assistants vocaux en général et des enceintes connectées en particulier, la marque à besoins de pousser l'adoption de son AI auprès du plus grand nombre.



Un Google Assistant light

Et c'est dans cette optique que Google vient d’annoncer « Assistant Go », une version allégée de son assistant personnel qui est destiné aux appareils d’entrée de gamme. De quoi séduire de nouveaux utilisateurs dans les pays en voie de développement.

« Utilisez votre voix pour vous diriger vers le café-restaurant le plus proche, faites des appels mains libres. Posez vos questions à votre assistant Google Assistant et faites le nécessaire. Utilisez-le quand vous voulez, où vous voulez. » indique Google qui complète en donnant quelques fonctions disponibles : 

Appels téléphoniques rapides en déplacement ("Appel Samir ")Envoyer des messages ("Envoie un sms à Sara je suis en retard")Jouer de la musique (Joue du jazz sur YouTube")Naviguer dans les lieux ("Allez au café le plus proche")Prévisualisez vos événements à venir (« Montre-moi mon agenda »)Information météo ("Ai-je besoin d'un parapluie aujourd'hui ? ")Réponses ("Quelle est la hauteur de l’Everest ?")

Cette version light de Google Assistant est pour le moment uniquement accessible en Anglais.

Android Go, une version optimisée pour les smartphones entrée de gamme 


à lire aussi Voici les meilleurs smartphones à acheter en mai 2019

Lire l'article sur cnetfrance.fr

Google veut toujours s'installer en Chine, mais avec l'affaire Huawei ce n'est pas gagné

Google veut toujours s'installer en Chine, mais avec l'affaire Huawei ce n'est pas gagné L'interdiction de commercer avec des entreprises américaines mise en place par le gouvernement Trump, complique la situation de Google.

Les GAFA, une arme de dissuasion massive aux mains de Donald Trump ?

Les GAFA, une arme de dissuasion massive aux mains de Donald Trump ? Pour mettre la pression sur la Chine et mener sa politique à bien, Donald Trump a semble-t-il trouvé une nouvelle stratégie : pousser les GAFA à se désolidariser de leurs concurrents chinois, grâce à un décret-liste noire. Les géants du Web ne seraient-ils plus que des pantins entre les mains de Washington ?

Mario Kart Tour : la bêta est disponible, on vous dit tout sur le jeu mobile

Mario Kart Tour : la bêta est disponible, on vous dit tout sur le jeu mobile La bêta de Mario Kart Tour est disponible pour quelques jours, ce qui nous a permis de découvrir des images du futur jeu mobile de Nintendo. Personnages, circuits, gameplay... Voici ce que l'on en sait pour le moment.

Votre téléphone sous Windows 10 : l'envoi et la réception de MMS en test

Votre téléphone sous Windows 10 : l'envoi et la réception de MMS en test Microsoft a mis à jour son application Votre téléphone sous Windows 10 pour proposer l'envoi et la réception des MMS pour partager ou recevoir des photos ou images transmises sur Android.

SpaceX met en orbite 60 satellites du projet Starlink d’Elon Musk

SpaceX met en orbite 60 satellites du projet Starlink d’Elon Musk Lancement réussi pour la fusée Falcon 9 de SpaceX qui a placé en orbite terrestre basse les 60 premiers satellites de la constellation Starlink, nom du projet lancé par Elon Musk pour fournir un accès Internet haut débit à travers le monde.

Julian Assange inculpé pour espionnage par les États-Unis

Julian Assange inculpé pour espionnage par les États-Unis Le ministère américain de la Justice vient d’annoncer 17 nouveaux chefs d’inculpation contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui sont chacun passibles de dix ans de prison. Il lui est notamment reproché d’avoir enfreint la loi sur l’espionnage.